Nouvelles

La littérature francophone bien présente au festival The Word on the Street

Publié le 13 septembre 2017

Le festival The Word on the Street aura lieu le samedi 24 septembre au Harbourfront Centre, à Toronto. Et parmi l’impressionnante programmation et la liste des auteurs invités se trouvent dix-huit auteurs francophones. 

La Franco Scène TFO sera animée, entre autres, par l’artiste québécoise Vanessa Bell et le directeur du Salon du livre de Toronto, Paul Savoie et permettra donc au public présent de faire connaissance avec les auteurs via la programmation officielle, constituée de présentations, d’entrevues et de tables rondes, mais aussi grâce à des séances de signatures. 

Du côté de la jeunesse seront présents Mireille Messier (Ma branche préférée), Fanny Britt (Louis parmi les spectres), Karine Gottot et Maxime Cyz (Les Dragouilles en vacances) ainsi qu’Alex A.,  créateur de l’Agent Jean.

Pour les adolescents, Claude Forand (Un moine trop bavard), Jean-Luc Bélanger (Ski, Blanche et avalanche) et Michel Noël (Le pensionnat) seront présentés. Ce dernier pourra aussi rejoindre les plus jeunes et les plus âgés, avec plus de cents livres au compteur. Québécois d’origine amérindienne, Michel Noël, cherche toujours à faire mieux connaitre la culture autochtone, et ce, à tous les publics.

Côté adulte, les visiteurs pourront croiser Stéphane Larue (Le plongeur), lauréat du Prix des libraires 2017, Daniel Grenier (L’année la plus longue), Didier Leclair (Toronto, je t’aime), Michèle Matteau (Passerelles), Marguerite Andersen (La mauvaise mère), Louise Tremblay-d’Essiambre (Une simple histoire d’amour), Jean Boisjoli (La mesure du temps), Chrystine Brouillet (À qui la faute?)  et Monia Mazigh (Du pain et du jasmin).

C’est Happie Testa, propriétaire de la librairie Mosaïque, seule librairie francophone de Toronto, qui est à l’origine de cette présence francophone marquée. Son souhait était d’offrir à ces auteurs une vitrine d’envergure à Toronto et les organisateurs du festival ont rapidement vu l’intérêt de cette participation.  

 

La littérature francophone bien présente au festival The Word on the Street