Critiques de livres jeunesse

Critique de livres jeunesse : Les garçons courent plus vite

Publié le 26 septembre 2015

Simon Boulerice nous offre avec Les garçons courent plus vite un recueil de poésie riche et déstabilisant, complètement ancré dans le présent, avec des références à la culture populaire, aux ailes de Red Bull et à Energizer. Le temps d’une course (ce test Léger qui fait souffrir tant d’adolescents au secondaire et devient presque une initiation, l’occasion pour les plus rapides et endurants de s’affirmer, pour les moins en forme de se voir remettre à leur place), le narrateur réfléchit à ce qu’il est, à son univers et ses désirs. Malgré sa différence et la cruauté des autres, le chemin qu’il se crée au fil des Bip! est celui de son identité. C’est beaucoup de choses que ce recueil! C’est la voix de Boulerice telle qu’on la connait maintenant, sans filtre, sans tabous, parlant de différence, de poids, d’attentes, d’homosexualité et d’adolescence, c’est un narrateur qui parle de son besoin de se définir par la négation : « je ne suis pas le fils de ma mère, je ne suis pas des vôtres », c’est une écriture éclatée avec des formules mathématiques et des mots du quotidien, mais c’est surtout un souffle qui nous prend, nous renverse et peut faire comprendre aux ados à quel point ça peut être fort, de la poésie. Les premiers vers m’ont surprise, presque déçue. Je me disais que c’était bien comme concept, cette répétition des Bip! et l’utilisation du test Léger comme décor, mais que c’était un peu faible. C’était mal connaître Simon Boulerice qui, en fait, ne faisait que s’échauffer avant de laisser ses mots s’emporter et nous entrainer dans une lecture qui nous laisse, à notre tour, à bout de souffle. Magnifique! Ce livre est finaliste au Prix jeunesse des bibliothèques de Montréal 2016!

Les garçons courent plus vite

Simon Boulerice
Courte Échelle
ISBN 13: 9782896958665

Avec Simon Boulerice, un test de course de vingt mètres devient un exercice poétique bouleversant. Je suis poreux la transpiration me calfeutre de détresse mon corps est à bout de cette course à vide.
Sophie Lit
Sophie Lit

 


 

Enseignante au secondaire et dévoreuse de livres à temps plein, Sophie Gagnon tient le site Sophielit.ca pour propager le plaisir de lire chez les adolescents et monte différents projets dans le but d’amener les ados à lire et partager leurs coups de cœur.

Ce texte est sous licence Creative Commons Attribution 2.5 non transposé. Ce texte, comme toutes nos critiques de livres jeunesse, peut être réimprimé et republié. Pour plus d’information, consultez les conditions d’utilisation ou contactez-nous.