Critiques de livres jeunesse

Critique de livre jeunesse : Y'a pas de place chez nous

Publié le 27 septembre 2016

Jusqu’ici, aucun livre récent ne permettait d’aborder facilement la question des réfugiés avec les jeunes. Grâce à Y’a pas de place chez nous, parents, enseignants et médiateurs ont désormais entre les mains un ouvrage parfait pour aborder cette délicate réalité. Marwan et Tarek, deux frères, sont forcés de quitter leur pays suite à d’incessants bombardements. Sur leur bateau de fortune, où s’entassent plusieurs personnes, ils naviguent à la recherche d’un nouveau pays. Chaque fois qu’ils approchent d’une rive, les habitants leur crient qu’il n’y a pas de place chez eux. Ceux qui tentent de les accueillir se font invectiver par les autres riverains. Jusqu’au jour où, enfin, les gens d’une petite île leur ouvrent grands les bras et leur permettent de s’installer. Le récit d’Andrée Poulin, très simple, va droit au cœur du problème des réfugiés : ils n’arrivent à migrer nulle part! Dans la succession des rivages qui rejettent les sans-pays, nous vivons leur déception à répétition. Dans l’économie de mots au sein du récit, nous ressentons l’urgence de la situation, et à l’instar des personnages, le lecteur est placé en mode survie. Sur cette mer de désolation, l’espoir semble mince. Toutefois, symbolisé par une étoile de mer offerte par une enfant au plus jeune des frères, il demeure présent. C’est finalement sur l’image d’une jeune fille aidant Tarek que se clôt le récit. Comme une invitation lancée aux enfants à ouvrir leurs cœurs aux migrants. Les illustrations d’Enzo Lord Mariano collent parfaitement à l’histoire. Les couleurs terreuses, salies, l’omniprésence d’ombres menaçantes, envahissantes, les visages aux expressions dramatiques, caricaturales, donnent à l’ensemble graphique un air de fin du monde. Heureusement, tout comme l’étoile de mer présente tout au long du récit, des parcelles lumineuses éclairent avec parcimonie les illustrations et permettent l’espoir. Là, la chevelure blonde de l’enfant qui donne l’étoile, ici, les deux frères qui partagent un maigre repas. Un récit visuel tout en ombre qui s’ouvre finalement sur la lumière. Soutenu par Oxfam Québec, cet album publié aux éditions Québec-Amérique était attendu et plus que nécessaire dans le paysage littéraire québécois pour la jeunesse.

Y'a pas de place chez nous

Andrée Poulin
Illustrations: Enzo Lord Mariano
Québec Amérique
ISBN 13: 978-2-7644-3174-0

Marwan et Tarek fuient leur pays en guerre. À bord d’un bateau surchargé, les deux frères affrontent l’inconnu et le danger. En compagnie d’autres sans-pays, les garçons cherchent une terre d’adoption. Mais partout on les repousse, on les ignore ou on les craint. Où trouver un pays pour vivre en paix, aux côtés de gens accueillants ? Dans quel port ? Sur quelle île ?Dans quels cœurs ?
Isabelle Jameson
Isabelle Jameson Isabelle Jameson
  Isabelle est bibliothécaire jeunesse pour le réseau des Bibliothèques de Montréal depuis plus de dix ans et maman de quatre jeunes enfants. Sa passion : l'animation et la médiation du livre jeunesse. Des poupons de six mois, à qui elle adore raconter des tout-cartons, aux ados de quatorze ans, avec qui elle aime discuter; en passant par les nouveaux lecteurs, qui avancent dans les livres à pas de tortue, et par les plus grands, avides de nouvelles séries; rien ne la rend plus heureuse que de mettre le bon livre dans les mains (ou devant les yeux) de chaque lecteur.

Ce texte est sous licence Creative Commons Attribution 2.5 non transposé. Ce texte, comme toutes nos critiques de livres jeunesse, peut être réimprimé et republié. Pour plus d’information, consultez les conditions d’utilisation ou contactez-nous.