Critiques de livres jeunesse

Critique de livre jeunesse : Par la porte des éléphants

Publié le 3 novembre 2017

Texte excellent. Illustrations épatantes. Graphisme impeccable. Vraiment, ça n’arrive pas si souvent que ces trois composantes d’un livre illustré soient d’égale force. Mais c’est le cas – oh que oui – dans le superbe Par la porte des éléphants, publié ce mois-ci chez La Courte Échelle.

Déjà, en partant, on se réjouit de l’originalité de l’intrigue ET du décor. Nous voici un jour de pluie, alors qu’un petit garçon et son gros éléphant décident de faire une visite au musée. Merci, merci, Hélène de Blois, d’oser imaginer une histoire dans un musée des beaux-arts. Il y en a trop peu dans le paysage littéraire jeunesse.

Vous connaissez l’expression sur l’éléphant dans un magasin de porcelaine? C’est exactement ce qui se produit lorsqu’Émile, avec sa taille en camion-citerne et ses pattes comme des troncs d’arbre, débarque au Musée. Évidemment, le gardien s’inquiète beaucoup de voir ce très doux, mais très énorme pachyderme déambuler parmi ses précieuses œuvres d’art. Et le niveau d’angoisse grimpera d’un cran quand les deux visiteurs iront dans la salle des porcelaines…
On s’amuse de la perplexité du garçon et de l’éléphant devant l’art abstrait : un grand tableau tout bleu. Avec juste du bleu, que du bleu. Ça veut dire quoi? Touchante aussi la réaction de l’enfant et de l’animal devant le grand mât totémique, où ils ont envie de câliner l’ours sur lequel repose tout le poids du mât… Merci, merci Hélène de Blois de nous montrer un enfant ému par l’art. Malgré l’attention accordée à l’art, le récit comporte une belle part de suspense, car lorsque deux cambrioleurs pénètrent dans le Musée, l’éléphant Émile montrera qu’il est parfois utile d’être gros… Le clin d’œil final, qui nous ramène au titre, est rigolo à souhait et totalement satisfaisant.

Pour un texte si court, l’auteure a réussi à développer fabuleusement ses personnages. Elle nous offre un gardien de musée proche de l’archétype du gros méchant : harceleur, méprisant (vis-à-vis de l’éléphant), rébarbatif et inhospitalier. Le garçon suscite la sympathie par la façon dont il défend son Émile, tandis que le pauvre éléphant, qui passe son temps à rougir de timidité ou de colère, vient aussi faire vibrer nos cordes sensibles.

Le texte est vif, fluide, avec des dialogues enlevants. L’usage d’onomatopées vient mettre une joyeuse musique dans tout ça. L’auteure ne sous-estime pas son lecteur et utilise des expressions que les enfants réussiront à comprendre par le contexte : complètement baba, tout sucre, tout miel, etc.

À mi-chemin entre l’album et le roman graphique, ce livre se démarque aussi sur le plan visuel. Les illustrations de France Cormier ne sont pas une simple répétition en images du texte, mais viennent plutôt le compléter en toute beauté. Elle rend avec brio et beaucoup d’humour le personnage de l’éléphant. Le lecteur observateur remarquera aussi un jeu de miroir très réussi, où le petit garçon et son éléphant prennent souvent les mêmes positions ou les mêmes mimiques. Pas facile de rendre une scène de nuit (beaucoup de noir…), mais grâce à l’usage judicieux d’un faisceau de lampe de poche, l’illustratrice crée une atmosphère mystérieuse et alarmante dans les scènes avec les cambrioleurs.

Le graphisme inventif met bien en valeur les illustrations. Il y a les menaces du gardien en LETTRES MAJUSCULES et en GRAS ou encore cette superbe double page avec le grand mât totémique, où le texte prend la même forme (tout en hauteur et en longueur) que le mât.

Bien écrit, bien illustré, bien monté. Voilà vraiment un très beau tour du chapeau pour le roman Par la porte des éléphants.

Par la porte des éléphants

Hélène de Blois
Illustrations: France Cormier
La Courte Échelle
ISBN 13: 9782897741280

Un jour de pluie, un garçon et son éléphant Émile décident de faire une petite visite au musée. Le gardien moustachu est méfiant. Il s’inquiète de voir un immense pachyderme déambuler parmi ses œuvres d’art. Il surveille donc la bête de près en multipliant les avertissements jusqu’à ce qu’un incident survienne et le fasse changer d’avis sur son gros visiteur.
Andrée Poulin
Andrée Poulin Auteure, journaliste et blogueuse, Andrée Poulin a publié une trentaine de livres pour les jeunes. Elle dévore les bouquins qui font réfléchir et rêver, qui font rire et pleurer.

Ce texte est sous licence Creative Commons Attribution 2.5 non transposé. Ce texte, comme toutes nos critiques de livres jeunesse, peut être réimprimé et republié. Pour plus d’information, consultez les conditions d’utilisation ou contactez-nous.