Critiques de livres jeunesse

Critique de livre jeunesse : Olga et le machin qui pue

Publié le 11 avril 2017

Olga, jeune fille grincheuse qui préfère les animaux aux humains, découvre un spécimen si rare que même sa bibliothécaire préférée ne peut l’aider à se renseigner à son sujet. Elle entreprend donc de documenter les habitudes de la curieuse bête pour la postérité. Tout va bien jusqu’à ce que le “machin qui pue” disparaisse; Olga et ses alliés se lancent alors à sa poursuite. Au cours de cette aventure, la jeune fille un brin asociale découvre que les humains peuvent la surprendre si elle leur en laisse la chance.

Fidèle à elle-même, Élise Gravel nous présente une héroïne forte, intelligente, vive, drôle et pleine de ressources. Olga s’intéresse aux vraies affaires, comme les araignées et les différentes textures des crottes des animaux. Outre la protagoniste, une panoplie de personnages secondaires amusants enrichissent le récit : une bibliothécaire punk au grand cœur, un marchand de bidules hétéroclites, un garçon rencontré au parc à chiens, dont la “chevelure donnait l’impression d’avoir été dessinée par un enfant fâché” et des voisines superficielles dites “Les Lalas”. L’histoire est truffée de détails dégoûtants qui plairont certainement au jeune public : le machin sent la vieille sardine car il vit littéralement dans une poubelle et a un problème de pet, le chien du nouvel ami d’Olga passe sa vie à faire pipi, le magasin de monsieur Houpa est rempli de marchandises douteuses comme du dentifrice au thon et de la gomme à mâcher aux crevettes. Sans aucun doute, un roman dont l’intrigue fera mouche auprès des jeunes aventurières en devenir.

Nous connaissons Élise Gravel davantage pour ses albums. Olga et le machin qui pue est présenté par l’éditeur Scholastic comme un roman illustré, le premier d’une série. L’auteure-illustratrice dynamise le récit en insérant des éléments graphiques pertinents – dessins, lettrages, bulles, bandes dessinées – à chaque page. Ces derniers donnent le ton à l’ensemble, humoristique et déjanté; du Élise Gravel pour jeunes lecteurs à son meilleur. Vivement la suite!

Isabelle Jameson
Isabelle Jameson Isabelle Jameson
  Isabelle est bibliothécaire jeunesse pour le réseau des Bibliothèques de Montréal depuis plus de dix ans et maman de quatre jeunes enfants. Sa passion : l'animation et la médiation du livre jeunesse. Des poupons de six mois, à qui elle adore raconter des tout-cartons, aux ados de quatorze ans, avec qui elle aime discuter; en passant par les nouveaux lecteurs, qui avancent dans les livres à pas de tortue, et par les plus grands, avides de nouvelles séries; rien ne la rend plus heureuse que de mettre le bon livre dans les mains (ou devant les yeux) de chaque lecteur.

Ce texte est sous licence Creative Commons Attribution 2.5 non transposé. Ce texte, comme toutes nos critiques de livres jeunesse, peut être réimprimé et republié. Pour plus d’information, consultez les conditions d’utilisation ou contactez-nous.