Critiques de livres jeunesse

Critique de livre jeunesse : Les mots volés

Publié le 2 janvier 2018

Une petite fille de 7 ans rentre de l’école après avoir confectionné un capteur de rêves. Lorsqu’elle demande à son grand-père de lui apprendre des mots en langue crie, celui-ci lui explique qu’on lui a volé sa langue, quand il était petit. Touchée par le récit bouleversant de son aïeul, la fillette cherche un moyen de rendre le sourire, et sa langue maternelle à son grand-père.

Melanie Florence et Gabrielle Grimard nous offrent ici un album bouleversant et touchant, qui aborde une thématique rarement vue en littérature jeunesse : les conséquences des pensionnats autochtones sur les enfants des Premières Nations. Dans une langue simple mais évocatrice, Melanie Florence rend avec justesse le drame du grand-père ainsi que la détermination de la petite fille. Sans porter de jugement, elle rend compte de la situation des Cris, de la perte de leur héritage culturel dont la langue est une composante essentielle. Malgré tout, l’album se termine sur une note positive, signe qu’il y a de l’espoir pour ces communautés, en autant qu’on fasse preuve de volonté, à l’image de la fillette.

Les illustrations de Gabrielle Grimard sont magnifiques. Couleurs délavées et traits flous sont utilisés pour montrer les événements du présent. Lorsque le grand-père raconte son histoire, on passe au noir et blanc, avec quelques touches de couleurs éteintes pour bien montrer la détresse. Et le corbeau d’un noir d’encre comme métaphore des mots qui sont mis en cage par le prêtre est tout simplement renversant. Heureusement, l’illustratrice reprend la métaphore lorsque les mots surgissent, à présent libérés, du dictionnaire trouvé par la petite fille, alors que plusieurs corbeaux s’envolent dans le ciel.

Un album essentiel, incontournable, pour parler avec les enfants de la situation des Premières Nations. Parce que la compréhension mène à la réconciliation. Pour qu’il y ait de l’espoir pour tous ceux et celles à qui on a volé les mots.

Les mots volés

Melanie Florence
Illustrations: Gabrielle Grimard
Scholastic
ISBN 13: 9781443164399

Curieuse d'en savoir davantage sur ses origines, une petite fille demande à son grand-père de prononcer un mot en langue crie. Celui-ci est attristé lorsqu'il réalise qu'il l'a oublié, conséquence de nombreuses années passées en école résidentielle. Il lui dit qu'il a « perdu les mots » lors de son passage là-bas, et elle décide donc de l'aider à les retrouver. Un récit touchant sur les relations intergénérationnelles et une initiation tout en délicatesse à la découverte d'un épisode plutôt sombre de l'histoire du Canada.
Pierre-Alexandre Bonin
Pierre-Alexandre Bonin

Pierre-Alexandre Bonin


Pierre-Alexandre est libraire jeunesse à la Librairie Monet où il s'amuse à la folie. Il aime les romans de zombies et les dystopies, mais aussi les albums plein de magie et les tout-cartons qui font « squee-squee »! Grâce à ses trois jeunes enfants, il a plein d'excuses pour ramener du travail à la maison. Mais pour être honnête, même quand ses enfants seront grands, il va continuer d'être tout excité à l'annonce du nouveau Michael Escoffier ou de la sortie du prochain Victor Cordi. On peut dire qu'il a gardé son cœur d'enfant, même passé 30 ans!

Ce texte est sous licence Creative Commons Attribution 2.5 non transposé. Ce texte, comme toutes nos critiques de livres jeunesse, peut être réimprimé et republié. Pour plus d’information, consultez les conditions d’utilisation ou contactez-nous.