Critiques de livres jeunesse

Critique de livre jeunesse : Les éternels

Publié le 12 septembre 2017

Après avoir entrainé ses lecteurs dans les mondes sous-marins avec Les royaumes de Lénacie et le futur avec Seconde terre, Priska Poirier les invite cette fois à la rencontre de l’extraordinaire avec les anges, basant Les éternels dans le décor connu de Montréal.

Stella rage quand sa mère lui annonce un énième déménagement. La jeune fille de douze ans vient à peine de se faire une nouvelle amie qu’elle doit de nouveau tout laisser derrière elle. Mais cette fois, les choses sont différentes et sa mère est forcée de lui avouer qu’elles doivent fuir parce qu’elles sont en danger, que des démons sont sur leurs traces parce qu’elles ont une nature angélique. Attaquée sans pouvoir en révéler davantage à sa fille, Lucie meurt et l’adolescente doit vivre son deuil tout en découvrant sa toute nouvelle réalité. Emmenée par Jules, un gardien, au quartier général des anges de Montréal, Stella intègre rapidement l’Académie, une école où elle apprend à utiliser ses nouveaux pouvoirs. Mais de nouveaux incidents lui laissent croire qu’une menace plane et que l’un des anges qu’elle côtoie serait contrôlé par un démon…

Si les anges sont au centre du récit de Priska Poirier, il n’est pas ici question d’ésotérisme, mais plutôt d’aventure et de suspens avec l’enquête que doit mener Stella dans son nouveau milieu pour comprendre qui met en danger toute la communauté angélique.

Construit comme un tome unique même s’il s’inscrit dans une série, ce premier roman met aussi l’accent sur l’évolution de Stella et sur son intégration à l’Académie, avec de nouveaux enseignants, de nouvelles matières (on en voudrait bien des comme ça dans toutes les écoles) et de nouveaux amis. Écrit dans une langue accessible, proche du langage parlé, et bien ancré dans la réalité des lecteurs québécois grâce à l’utilisation de Montréal comme décor, ce roman attirera les amateurs de fantastique… et de douceur. À l’image de sa couverture, si l’intrigue met parfois en scène des « méchants », elle reste davantage du côté du bien, l’auteure cherchant à partager son espoir, sa foi en l’humanité.

Sophie Lit
Sophie Lit Enseignante au secondaire et dévoreuse de livres à temps plein, Sophie Gagnon tient le site Sophielit.ca pour propager le plaisir de lire chez les adolescents et monte différents projets dans le but d’amener les ados à lire et partager leurs coups de cœur.

Ce texte est sous licence Creative Commons Attribution 2.5 non transposé. Ce texte, comme toutes nos critiques de livres jeunesse, peut être réimprimé et republié. Pour plus d’information, consultez les conditions d’utilisation ou contactez-nous.