Critiques de livres jeunesse

Critique de livre jeunesse : Les 1000 enfants de monsieur et madame Chose

Publié le 29 août 2017

Soyons raisonnables. Je ne vais pas vous donner 100 raisons de lire Les 1000 enfants de Monsieur et Mme Chose. Encore moins 1 000. Mais 10 raisons, oui, ça je peux et ce ne sera pas difficile du tout. Voici donc 10 raisons de se plonger dans cet album joyeusement grand-guignolesque :

  1. Le cadre est à faire rêver : l’immense maison de Monsieur et Mme Chose, qui loge leurs 1 000 enfants, est un mélange entre un zoo, un château de Disney et un camp de vacances. Cette gigantesque demeure est plantée en campagne, dans un village de 1002 habitants nommé… Chose-Bine.
  2. Il n’y a pas vraiment d’histoire, mais ce portrait loufoque d’une famille rocambolesque titille drôlement l’imagination.
  3. On trouve dans cet album une invention qu’on voudrait vraie et que l’auteure devrait breveter au plus sacrant : un lave-enfant qui permet de doucher les enfants et leurs vêtements en même temps.
  4. La double page sur les règlements spéciaux donne aux parents d’excellentes idées à exploiter. Par exemple : Interdit d’inviter des amis. Faites-vous inviter, ça nous en fera moins à surveiller. Ou encore : Regarde la mimique des parents et essaie de comprendre le message. Ils sont fatigués de répéter.
  5. Les deux créateurs mettent en scène des enfants qui se comportent comme de vrais enfants de la vraie vie : ils parlent la bouche pleine, rouspètent pour faire le ménage, se chicanent et écrivent des lettres d’excuses.
  6. Le lecteur se perdra aisément et avec enchantement dans les tableaux d’Yves Dumont; des scènes foisonnantes, éclatantes de couleurs et de fraicheur. Beaucoup d’action, de petits coquins qui font des mauvais coups, de mimiques hilarantes, etc.
  7. Ceux qui aiment les chiffres seront bien servis ici. Cette histoire regorge de chiffres rigolos, gonflés, portés sur l’exagération. Dans la gigantesque demeure de la famille Chose, on trouve 50 cuisiniers, 200 toilettes, 12 salles de jeux, 44 équipes de sport, 19 troupes de théâtre et j’en passe.
  8. Le ton du livre passe du comique au cocasse, du fantaisiste au fantasque.
  9. L’album est bourré de scènes avec des ribambelles d’enfants qui s’amusent, se taquinent, se chamaillent et se font des câlins. La vraie vie que je vous dis.
  10. L’humour absurde, déjanté à souhait, se retrouve autant dans le texte que dans les illustrations. Hein quoi? Je l’ai déjà dit que c’était drôle? Tant pis. Je le répète, car c’est vrai de vrai.

Si ces 10 raisons ne suffisent pas à vous convaincre de lire cet album, voici la cerise sur le gâteau : une suggestion irrésistible. Pourquoi ne pas vous faire lire l’histoire, par l’auteure elle-même? Une auteure qui est maman (mais pas de 1000 enfants), enseignante et animatrice aussi! Qui dit mieux? Le mardi 5 septembre, à 18 h 45, Valérie Fontaine invite les jeunes à la rejoindre sur Facebook, dans le cadre de l’Heure du conte de Valérie. Ceux qui habitent près de St-Jean-sur-Richelieu pourront la voir en personne, à la Bibliothèque Adélard-Berger. L’auteure s’est donné un joli défi : rassembler 1000 spectateurs qui écouteront ensemble l’histoire des 1000 enfants de monsieur et madame Chose!

Les 1000 enfants de monsieur et madame Chose

Valérie Fontaine
Illustrations: Yves Dumont
Québec Amérique
ISBN 13: 9782764433898

Comment peut-on avoir 1000 enfants ? Monsieur et madame Chose aiment les enfants. Ils ont commencé par en avoir un, ensuite ils ont eu les triplés, et finalement, un beau matin, on ne sait pas trop comment, leur amour des enfants leur en avait donné 1000 ! Comment se nomment tous ces enfants ? Les plus vieux portent des noms simples : Vincent, Antoine, Delphine, Aurélie, Alexe, Olivier… Après avoir épuisé toutes les banques de prénoms, monsieur et madame Chose n’ont eu d’autres choix que d’en inventer. Le dernier-né s’appelle Bimjamboum Chose. Comment se passent les repas en famille ? Un chef dirige une équipe de 50 cuisiniers qui concoctent les trois repas de chaque jour. Évidemment, il est difficile pour eux de plaire à tous. Il y a donc environ 333 enfants par repas qui hurlent « C’est dégueu ! » et 333 autres dont c’est le repas favori. Ceux qui restent mangent de la purée, sont absents ou chipotent dans leur assiette sans déranger.
Andrée Poulin
Andrée Poulin Auteure, journaliste et blogueuse, Andrée Poulin a publié une trentaine de livres pour les jeunes. Elle dévore les bouquins qui font réfléchir et rêver, qui font rire et pleurer.

Ce texte est sous licence Creative Commons Attribution 2.5 non transposé. Ce texte, comme toutes nos critiques de livres jeunesse, peut être réimprimé et republié. Pour plus d’information, consultez les conditions d’utilisation ou contactez-nous.