Critiques de livres jeunesse

Critique de livre jeunesse : Le loup, le canard et la souris

Publié le 20 mars 2018

Une souris se fait avaler par un loup, et rencontre du coup un curieux canard bien installé dans l’estomac du canidé. Tout est si confortable et rassurant à l’intérieur de la bête – plus besoin d’avoir peur de se faire manger! – que la souris, à l’instar du canard, décide d’y rester. Et lorsque le loup est à son tour en danger, l’improbable duo passe à l’attaque pour le sauver. Ce qu’ils demandent en récompense? Pouvoir retourner terminer leurs jours tranquillement dans le ventre du loup. Obligé d’accepter, il hurle à la lune de douleur chaque soir.

Le loup, le canard et la souris est un conte moderne écrit par Mac Barnett, auteur pour la jeunesse maintes fois primé. Sa narration rappelle celle, immuable, des contes de fées. Si l’histoire présente une facture classique, c’est sa fin qui déroute le lecteur. Alors que ce type de conte nous a habitué à une finale moralisatrice, il est bien difficile de trouver telle chose ici.  « Coupe-toi du monde extérieur et tu seras ainsi à l’abri » n’est certes pas une leçon de vie qu’on a envie de transmettre, et c’est en quoi ce livre est intéressant : il ouvre la porte sur une belle discussion possible avec les jeunes. Notre incompréhension du choix des héros sert de moteur à la réflexion. Ce livre a besoin d’accompagnement, mais peut s’avérer un formidable outil.

Jon Klassen agit ici comme illustrateur. Ses précédents livres à titre d’auteur-illustrateur « Ce n’est pas mon chapeau » et « Nous avons trouvé un chapeau » nous ont habitué à des fins ouvertes, ambigus, qui forcent le lecteur à réfléchir. Il s’agit ici de sa troisième collaboration avec Barnett chez Scholastic, et même s’il n’est pas l’auteur de Le loup, le canard et la souris, nous pouvons reconnaître son style d’histoire. Du côté des illustrations, ses décors spartiates, ses tons terreux, un fini sali, taché, et sa touche particulière, qui lui a d’ailleurs valu le prix du Gouverneur Général en 2010, sont mis ici au service de l’histoire, la racontant fidèlement.

Ce magnifique livre à la finale déroutante ne laisse personne indifférent, il soulève des questions chez son lecteur, oblige la réflexion. Mais n’est-ce pas là le but des contes?

Le loup, le canard et la souris

Mac Barnett
Illustrations: Jon Klassen
Scholastic
ISBN 13: 9781443164993

Un amusant clin d'œil aux fables traditionnelles! Le duo à succès composé de Mac Barnett et de Jon Klassen est de retour avec ce conte d'une ironie déroutante.

Une souris est engloutie par un loup. Elle croyait bien que c'était la fin, mais elle rencontre un canard confortablement installé dans l'estomac du loup. La souris et le canard se plaisent dans leur nouvel habitat : ils n'ont plus à craindre de se faire dévorer… du moins jusqu'au jour où un chasseur tente de s'en prendre au loup!
Isabelle Jameson
Isabelle Jameson Isabelle Jameson
  Isabelle est bibliothécaire jeunesse pour le réseau des Bibliothèques de Montréal depuis plus de dix ans et maman de quatre jeunes enfants. Sa passion : l'animation et la médiation du livre jeunesse. Des poupons de six mois, à qui elle adore raconter des tout-cartons, aux ados de quatorze ans, avec qui elle aime discuter; en passant par les nouveaux lecteurs, qui avancent dans les livres à pas de tortue, et par les plus grands, avides de nouvelles séries; rien ne la rend plus heureuse que de mettre le bon livre dans les mains (ou devant les yeux) de chaque lecteur.

Ce texte est sous licence Creative Commons Attribution 2.5 non transposé. Ce texte, comme toutes nos critiques de livres jeunesse, peut être réimprimé et republié. Pour plus d’information, consultez les conditions d’utilisation ou contactez-nous.