Critiques de livres jeunesse

Critique de livre jeunesse : Le lac de singes

Publié le 2 février 2018

Pilou a une maman qui dit les mots à l’envers lorsqu’elle est fatiguée. Ses mots tordus font sourire l’enfant, la plupart du temps. Ils lui servent alors de tremplin onirique vers des rêves foisonnants. Mais lorsqu’une dame jette un regard méchant à sa mère après une bourde grammaticale, Pilou serre très fort la main de maman.

La langue d’Élise Turcotte dans Le lac des singes est magnifique. Poétique, douce, elle fait couler cette histoire avec tendresse, dans un rythme lent et rêveur. Les maladresses verbales de la mère créent des images à la fois fortes et drôles, comme le sac de linge qui devient le lac de singes où s’aventure Pilou la nuit venue. Mais une fois de l’autre côté, le rythme s’accélère et l’aventure déferle comme une fuite en avant, loin du malaise que crée parfois en lui la particularité de sa mère. Si un gardien rustre – à l’instar des gens qui regardent sa mère – lui bloque l’accès au lac des singes par ignorance de leur gentillesse, il réussira tout de même à faire trempette et à convaincre l’ignare de se joindre à lui. Les singes, comme sa maman, gagnent à être connus!

Le dessin fourmillant de Marianne Ferrer sied parfaitement à cette histoire. Le talent de l’illustratrice se déploie pleinement dans les magnifiques doubles-pages illustrant la quête de Pilou sur cette terre inconnue et brumeuse. La juxtaposition d’aplat de couleurs à d’autres teintes nuancées, voire transparentes, rendent l’effet foisonnant de cette jungle habitée. La variation des échelles de grandeurs et la multiplication des perspectives d’une page à l’autre créent un espace imaginaire aux dimensions irréelles. Le lecteur, comme le petit garçon, se sent perdu dans ce monde difficile à appréhender. Heureusement, le tumulte s’amenuise dans les dernières pages lorsque l’enfant – et son monde – s’apaise.

C’est aux Éditions La courte échelle que nous devons cet album extraordinaire où la beauté des mots fait écho à celle des images, et où l’amour limpide et pur d’un petit garçon pour sa mère brave des montagnes d’ignorance pour lui rendre justice.

Le lac de singes

Élise Turcotte
Illustrations: Marianne Ferrer
La Courte Échelle
ISBN 13: 9782897740085

Quand elle est fatiguée, la mère de Pilou mêle souvent les mots. Un soir, plutôt que de lui demander de jeter ses vêtements dans le sac de linge sale, elle lui propose de les mettre dans le lac de singes. L’enfant rit, puis se glisse sous les couvertures avec cette image en tête. Le lapsus évocateur agit alors comme une véritable clé magique, entraînant le garçon dans un rêve fascinant, peuplé de singes et de créatures tantôt merveilleuses, tantôt effrayantes. « Les jours de fatigue,
ma mère dit des mots à l’envers.
Les animaux deviennent des arimaux,
un sac de linge se transforme en lac de singes.
Et moi, Pilou, je deviens Loupi et parfois,
le soir venu, je plonge avec ses mots
dans le lac merveilleux de la nuit. »
Isabelle Jameson
Isabelle Jameson Isabelle Jameson
  Isabelle est bibliothécaire jeunesse pour le réseau des Bibliothèques de Montréal depuis plus de dix ans et maman de quatre jeunes enfants. Sa passion : l'animation et la médiation du livre jeunesse. Des poupons de six mois, à qui elle adore raconter des tout-cartons, aux ados de quatorze ans, avec qui elle aime discuter; en passant par les nouveaux lecteurs, qui avancent dans les livres à pas de tortue, et par les plus grands, avides de nouvelles séries; rien ne la rend plus heureuse que de mettre le bon livre dans les mains (ou devant les yeux) de chaque lecteur.

Ce texte est sous licence Creative Commons Attribution 2.5 non transposé. Ce texte, comme toutes nos critiques de livres jeunesse, peut être réimprimé et republié. Pour plus d’information, consultez les conditions d’utilisation ou contactez-nous.