Critiques de livres jeunesse

Critique de livre jeunesse : La tribu qui pue

Publié le 8 juin 2018

Oh là là, adultes pudiques ou pudibonds, cachez vos yeux. Y’a plein d’enfants tout nus dans ce livre. Entièrement nus! On voit des fesses, des vulves et des pénis. Oh là là! En plus, ces enfants tout nus, ils puent!

Voilà, vous êtes prévenus avant d’entrer dans l’univers iconoclaste de l’album La tribu qui pue, signé par la très irrévérencieuse Élise Gravel. En plus de la nudité très affichée, l’album comporte un deuxième aspect subversif, car il présente une histoire où une bande d’enfants insouciants vivent en forêt, sans adulte et donc sans règles. Ces bambins aussi ingénieux que joyeux vivent dans des cabanes de branches, se nourrissent de poissons qu’ils pêchent dans la rivière et de baies cueillies dans les buissons. Ils vivent donc dans une grande, belle et folle liberté. Ce paradis terrestre est d’autant plus enchanteur qu’on n’y retrouve aucune « grande personne »!

Forcément, dans une histoire au ton aussi coquin, la méchante de l’histoire est une adulte, incarnée par une directrice d’orphelinat obsédée par l’ordre et la propreté. Cette chipie rêve d’enfermer la Tribu qui pue dans son orphelinat vide. Elle élabore donc un piège (avec moult bonbons et jouets aguicheurs) pour passer les petits crottés dans sa machine à laver les enfants sales. Heureusement, Fanette Ducoup, la chef de la Tribu, est plus futée que la mégère… L’atmosphère et les thèmes de cet album rappellent l’univers de Roald Dahl, qui a souvent mis en scène des enfants dégourdis qui confrontent et déjouent des adultes cruels.

À la fois auteure et illustratrice, Élise Gravel s’éloigne ici de son mode habituel de création, en ne signant que le texte et non pas les illustrations. C’est une artiste française, Magali le Huche, issue de l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, qui crée l’univers visuel déjanté pour ce récit. Par ses illustrations souvent présentées en une série de vignettes et avec ses dialogues en phylactère, l’album se rapproche de la bande dessinée. Beaucoup de coquineries et de drôleries dans ces fresques foisonnantes qui donneront aux lecteurs envie rejoindre la Tribu qui pue.

Bien connue pour son humour espiègle et parfois sarcastique, Élise Gravel révélait récemment en entrevue que les éditeurs anglophones n’ont pas voulu de son manuscrit, à cause de la nudité. Elle estime que les libraires, les bibliothécaires, les profs et les parents hésiteront à acheter son livre. Ce serait bien dommage, car les jeunes ont besoin de livres qui offrent une vision de l’enfance qui n’est pas toujours guimauve ou aseptisée. Les jeunes ont aussi faim de récits où des héros rebelles n’ont pas peur de sortir des sentiers battus… Et tant pis s’ils puent…

La tribu qui pue

Élise Gravel
Illustrations: Magali Le Huche
La courte échelle
ISBN 13: 9782897741549

Une bande de joyeux enfants vivent en toute liberté dans la forêt. Ils se nourrissent de fruits, jouent avec les animaux et apprennent à lire sur les emballages de chips que laissent traîner les adultes négligents. Bien sûr, ils ne prennent jamais de bain, ce qui leur vaut leur nom, mais ils sont heureux et s'amusent comme des fous. Ce qui ne plaît pas du tout à Yvonne Carré, la directrice de l'orphelinat. Cette obsédée de l'ordre et de l'hygiène n'a qu'une idée en tête : laver ces petits dégoûtants dans la machine qu'elle a inventée et les enfermer entre les quatre murs de son institution déserte. Par bonheur Fanette Ducoup, la chef du groupe, veille au grain...
Andrée Poulin
Andrée Poulin Auteure, journaliste et blogueuse, Andrée Poulin a publié une trentaine de livres pour les jeunes. Elle dévore les bouquins qui font réfléchir et rêver, qui font rire et pleurer.

Ce texte est sous licence Creative Commons Attribution 2.5 non transposé. Ce texte, comme toutes nos critiques de livres jeunesse, peut être réimprimé et republié. Pour plus d’information, consultez les conditions d’utilisation ou contactez-nous.