Critiques de livres jeunesse

Critique de livre jeunesse : Au nom de la loi

Publié le 20 juin 2017

Cocorico! Tout plein d’histoires qui parlent des langues ou Comment se faire des millions d’amis, Tout plein d’histoires vraies sur les histoires inventées, de François Gravel, ça vous dit quelque chose? Si ce n’est pas le cas, je vous envie car j’aimerais personnellement pouvoir relire ces titres pour la première fois tellement l’expérience initiale est amusante! C’est donc avec un bonheur non dissimulé que j’ai lu le dernier titre de cette série publiée aux éditions Québec Amérique: Au nom de la loi! Tout plein d’histoires avec des bandits, des policiers, des lois et des juges.

Le génie de cette série, c’est incontestablement le ton humoristique unique de son auteur, François Gravel. Partant ici d’une anecdote, l’auteur s’est fait cambrioler, et sur un ton très personnel, il vulgarise plusieurs aspects du domaine criminel et judiciaire dans une perspective historique.  On y évoque la plus vieille des lois, la loi du talion (œil pour œil, dent pour dent)… qui a été appliquée à des chevaux, des vaches et des porcs s’étant attaqués à des êtres humains. On nous présente les célèbres bandits, Al Capone, Bonnie et Clyde… mais aussi quelques nigauds, mon préféré étant celui qui a pris la fuite en motoneige; assez facile de le retracer! Les policiers y ont leurs quinze minutes de gloire, tout comme certaines lois inconnues : saviez-vous qu’il est interdit de jeter des orignaux du haut d’un avion en Alaska? Parlements, cours de justice et procès passent aussi au tordeur… de rire! Décliné tel un dialogue avec le lecteur, le texte est léger et divertissant, tout en étant riche de faits.

Il est impossible de passer sous silence les collages de Katy Lemay. Si ceux-ci illustrent fidèlement le propos, ils ajoutent parfois une note de dérision au texte. C’est ainsi qu’un porc portant le chapeau de Bonaparte se retrouve en couverture car il est interdit par la loi de nommer son cochon Napoléon en France! Le grand soin apporté à la conception graphique et à la mise en page de l’ouvrage est également à noter. L’ensemble est dynamique, coloré et vivant.

Je soupçonne François Gravel de ne jamais avoir cessé de jouer aux bandits et aux voleurs, ce qui nous vaut probablement ce dernier titre au sujet des plus sérieux, mais au traitement des plus loufoque! Merci aux éditions Québec Amérique d’avoir réuni cette équipe gagnante pour la sixième fois. Une demande spéciale pour le septième opus: Tout plein d’histoires de bibliothèques et de librairies, ça vous dit?

Au nom de la loi! Tout plein d'histoires avec des bandits, des policiers, des lois et des juges

François Gravel
Illustrations: Katy Lemay
Québec Amérique
ISBN 13: 9782764432549

Certains voleurs sont encore plus stupides que celui qui a dévalisé ma maison (…)Un certain Rodney Knight, par exemple, s’est rendu célèbre en cambriolant la maison d’un journaliste. Il était si fier de son coup qu’il a pris le temps de se photographier dans le salon de la victime avec quelques objets volés et de publier sa photo sur sa page Facebook. Il n’avait cependant pas pensé que le fils de sa victime faisait partie de ses amis numériques ! Les policiers n’ont eu aucun mal à lui mettre la main au collet. En février 1995, Alvin Toffeebee a fait la queue dans une banque de l’Alabama avant de brandir son arme et d’exiger du caissier qu’il lui remette son argent. Le caissier lui a répondu qu’il s’était trompé de file et qu’il devait se présenter à un autre guichet. Obéissant, Alvin a attendu pendant encore vingt minutes dans la file suivante. Les policiers ont eu amplement le temps d’arriver sur les lieux et de l’arrêter. Un de mes amis policiers m’a raconté qu’un voleur avait un jour dévalisé un restaurant et avait pris la fuite en motoneige. Il lui avait suffi de suivre les traces pour le rattraper ! Si tous les criminels étaient aussi bêtes, ce serait facile d’être policier ! D’autres criminels sont malheureusement très intelligents…
Isabelle Jameson
Isabelle Jameson Isabelle Jameson
  Isabelle est bibliothécaire jeunesse pour le réseau des Bibliothèques de Montréal depuis plus de dix ans et maman de quatre jeunes enfants. Sa passion : l'animation et la médiation du livre jeunesse. Des poupons de six mois, à qui elle adore raconter des tout-cartons, aux ados de quatorze ans, avec qui elle aime discuter; en passant par les nouveaux lecteurs, qui avancent dans les livres à pas de tortue, et par les plus grands, avides de nouvelles séries; rien ne la rend plus heureuse que de mettre le bon livre dans les mains (ou devant les yeux) de chaque lecteur.

Ce texte est sous licence Creative Commons Attribution 2.5 non transposé. Ce texte, comme toutes nos critiques de livres jeunesse, peut être réimprimé et republié. Pour plus d’information, consultez les conditions d’utilisation ou contactez-nous.